Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d�Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

 
BLUE ANGEL
 

Maitre d'oeuvre : Momo

Article FREEWAY MAGAZINE

   "Presque en dilettante. Son premier objectif a été de concevoir et réaliser un châssis. Pour ce faire, il a allongé le cadre de quelques bonnes paires de centimètres avant de se lancer dans la fabrication d'un bras oscillant adéquat permettant d'accueillir en son sein une jante Pro-One de 17" chaussée d'un pneu en 180. À l'avant Momo choisi tout naturellement d'installer la petite sœur, en 18" cette fois, au bout d'une fourche agrémentée de fourreaux TecnoPlus et installée dans une paire de tés OMP. Rien à dire, c'est du joli matos. Pour assurer sa sécurité, il opte pour un système composé de deux étners PM — quatre pistons chacun tout de même— venant pincer tout autant de disques flottants.

    Je vais un peu vite en besogne, car au début de l'année 1996, notre bon Momo n'en est pas encore au stade des finitions et des points de détail. Il est en possession d'un châssis et d'un moteur. Un point c'est tout. Pour le berlingot qui, il faut le reconnaître, avait grand besoin que l'on jette un coup d'œil sur ses entrailles, Momo n'y va pas par quatre chemins et confie le bébé à Jacques et Jiji, mécanos chez American Motos. Pour le reste, Momo a encore du pain sur la planche, d'autant que, maîtrisant parfaitement l'art du polyester, il estime que cela lui serait trop easy de concevoir une carrosserie dans un matériau aussi cheap. Allez savoir ce qui lui passe par la tête mais, en deux coups de cuillères à pot, Momo s'improvise carrossier au sens noble du terme. Combien de coups portés par ses petites mains ont-ils été nécessaires pour façonner la tôle "? Bien heureux celui qui peut le dire.

    Toujours est-il qu'après plusieurs soirées passées dans la solitude de l'atelier, Momo a fini par donner corps à un réservoir, un garde-boue avant et un élément habillant parfaitement la partie arrière du cadre et sur lequel il a pris soin de frenché un feu. Du bel ouvrage. Alors que Jacques et Jiji, les deux mécanos d'Amencan Motos, mettaient à profit leurs soirées pour redonner du punch au bouilleur et le remonter dans les règles de l'art, Momo se lançait dans la fabrication de menus accessoires destinésà enluminer sa moto comme, entre autres, le carter de chaîne, les repose-pieds, les divers caches en alu, les échappements et le guidon. Le guidon justement. C'est à lui seul un sacré morceau — homade d'un bout à l'autre — avec poignée intégrée à gauche, poignée tournante avec câble d'accélérateur interne à droite, supports de levier incorporé de chaque côté et support de mini speedo au centre. Rien de plus. Le maître-cylindre du frein avant qui est placé dans le sabot est actionné par un câble qui va logiquement se cacher dans le tube antérieur droit du cadre, alors que celui de gauche abrite la durite de frein avant. Astucieux.

    Cela faisait près de trois ans que le projet était en gestation et, après un ultime montage à blanc pour voir si l'ensemble était cohérent, Momo a mis les bouchées doubles pour venir à bout de son challenge. Il a fignolé quelques petits détails puis a redémonté le tout pour peindre le cadre et la carrosserie, avant de confier le réservoir à Bertrand "Picasso" Dubet qui a interprété à son idée le thème de Blue Angel. Finalement, au cours du mois de juillet, la machine est sur ses roues, prête à rouler. Trop tard toutefois pour que Marc Nibard et le cousin Hacène puissent partager le bonheur de Momo. C'est à eux qu'il dédie sa moto."